24/12/2009

Lille marché de Noël

Ceux qui visitent régulièrement ce blog connaissent mon amour pour la capitale du Nord, Lille, la seule région de France où on fait à la fois de la bonne bière et du pékêt (genièvre pour les non wallons).
Cette ville est tellement sympa qu'elle aurait du être belge. En fait, elle est belge, puisque certains lillois se disent flamands Clin d'oeil
Trêve de badinage. Nous nous y sommes rendus, bravant la tempête de neige qui tourmentait le pays, et c'est sous un blanc manteau que la ville, tout en habits de lumière, vrombissait de l'activité de Noël.
Le voyage, ça creuse. Nous avons donc soupé (dîné, hèhè!) dans un chouette resto où la pomme de terre tient la vedette: Les Charlottes en Ville (http://www.lescharlottesenville.com/).
Adresse très sympa à prix doux, la carte est délicieusement canaille et propose une gamme de plats de campagne, plats de cochon, plats de montagne, salades et plats... parmentiers. De saison, quoi!
En parlant avec un des cuistots, il s'avère que ce sont des tonnes de pommes de terre du pays qui atterrissent ici dans les assiettes, choisies selon la saison et livrées par des fournisseurs locaux. Actuellement, ils travaillent la Mimosa. Elle est douce en bouche, fondante, onctueuse, un vrai régal.
Ce qui ne gache rien, plusieurs bières belges sont servies au fût. Seul bémol: la Karmeliet que j'avais commandée avait un "goût de tuyau". Quand je l'ai demandé, on m'a changé cette bière pour une Affligem, également servie au fût et avec un goût normal. Ensuite, le garçon a goûté la Karmeliet et prétendu que le goût était normal.
Pour me permettre une parenthèse, une fois n'est pas coutume:
1) à moi on ne la fait pas, je connais le goût normal de la Karmeliet, le goût de tuyau est très caractéristique,  et mon épouse a confirmé mon impression.
2) même si c'est le client qui se trompe, devant tout le restaurant affirmer que le goût est normal, c'est vraiment dire: "je te change ta bière, mais c'est toi qu'a tort". Maladroit.
Le goût de tuyau provient de bactéries qui se développent dans les tuyauteries et qui donnent à la bière un goût très désagréable.
C'est pas donné à tout le monde d'avoir un bon restaurant ET un bon débit de bière, on ne va pas en faire un fromage. La nourriture est très bonne, on y retournera à la première occasion, et on boira du vin, fin de la parenthèse.
Après cette roborative collation, direction la Place De Gaulle où resplendissent de mille feux la grande roue et le sapin. Les décos sont splendides sous la vraie neige, et nous ne résistons pas à nous élever dans l'air glacé pour jouir du spectacle en hauteur.
Ensuite, visite du village de noël avec dégustation de vin chaud et bretzel. 
Nous terminons la soirée à La Cloche devant une Trois Monts, merveille de la production brassicole locale.
Le lendemain midi, brunch aux huîtres et au champagne à la boutique de l'Huitrière (http://www.huitriere.fr/). Depuis septembre 2008, ce haut lieu de la gastronomie de la mer a eu  l'excellente idée d'installer dans la poissonnerie quelques tables où l'on peut déguster des huîtres et crustacés. Heureuse initiative. Nous avons la ferme intention de ne pas nous en tenir là, et à la prochaine occasion de réserver une table au restaurant.
C'est ravis que nous reprenons la route de notre chère Wallonie.

16:27 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noel, lille, charlottes en ville, huitriere, gout de tuyau |  Facebook |

28/04/2009

Sur les traces de Jean-Luc Petitrenaud à Lille

C'est en dégustant sur France 5 une des escapades de Jean-Luc Petirenaud dans la région de Lille que nous est venue l'idée de rendre visite au Café Manu sur la Place du Concert à Lille, bar à vins et restaurant.

http://www.france5.fr/escapades/009585/27/163693.cfm

Ayant énormément apprécié par le passé le restaurant La Laiterie (http://www.lalaiterie.fr/) et la cuisine de son géant débonnaire Benoît Bernard, nous décidons à l'occasion de notre pélérinage au Salon des vins de terroir à Seclin (voir liens gourmands) de faire une halte chez son pote Manu.

Un samedi midi, c'est plein à craquer, mais la patronne nous invite à attendre au bar qu'une table se libère et nous ne nous faisons pas prier. Nous avons tout loisir en dégustant une coupe de champagne d'étudier les ardoises murales qui détaillent ce que l'on boit et ce que l'on mange.

Et nous partons pour un superbe Oeuf cocotte aux morilles avec un Haute Côte de Beaune blanc, suivi d'un New York Strip (malheureusement servi à point plutôt que saignant mais qualité de boeuf impeccable), un turbot aux asperges et morilles et des gambas sur un risotto aux pétales de St Jacques, et avec le boeuf un chinon rouge et frais (un peu trop à mon goût, mais bon).

Le New York Strip est un must de l'endroit, servi avec une béarnaise, une fine salade sauce césar et des frites super croustillantes. Beau choix de vins. Ambiance bistrot, cuisine de copains qui s'y connaissent avec des produits de qualité, accueil très sympathique, service sans chichis. Et comme nous sommes les derniers clients du midi, tout le temps de prendre quelques photos.

Pour digérer, pendant que Madame fait du shopping dans les innombrables boutiques de Lille, un petit saut à la terrasse de la Cloche, place du Théâtre. On y sert de la 3 Monts, une très belle bière de fermentation haute titrant 8,5° et qui est tellement bonne qu'elle mériterait d'être belge. Son nom vient des monts de la région, le Mont des Cats, le Mont Cassel et le Mont Noir. Etiquetée "bière de Flandre", elle est fabriquée par la brasserie St-Sylvestre (59114 St-Sylvestre-Cappel) avec du houblon local très parfumé.

http://www.brasserie-st-sylvestre.com/

A la terrasse de la Cloche, on accepte sur demande de servir la 3 Monts dans un seau à glace. Une si bonne bière mérite bien les égards réservés au Champagne!

Et c'est le ventre et le coffre bien remplis que se termine cette journée chez les Ch'tis.

01/03/2009

Un Ch'ti marché

Il est un plaisir, lorsque je vais à Lille, que je ne veux rater sous aucun prétexte: la visite du marché du Vieux Lille, Place du Concert, au bout de la rue de la Monnaie. De préférence tôt le dimanche matin, sans la foule qui fait habituellement du shopping dans les boutiques chics du Paris du Nord.

C'est un petit marché aux échoppes variées: boucherie, charcuterie, volailles, poissonnerie, plats préparés, pizzas, poulets rôtis, boulangerie et pâtisseries, confiseries, fruits et légumes, produits régionaux et fermiers, fromagerie et crémerie, fruits secs, fleurs naturelles, produits issus de l’agriculture biologique, livres neufs et anciens, textiles.

En musardant entre les étals, mon attention est attirée par un fromager au nom prometteur: "Le Régal des Gourmets". Le commerçant est en train de vanter à une cliente un vacherin d'où s'échappe langoureusement une pâte si laiteuse qu'on entend mugir la vache en son pré rien qu'à la regarder.

D'habitude, je n'aime pas faire la file, mais là, c'est l'occasion de mater à l'aise cet appétissant foisonnement de fromages, et de composer ma commande. Exercice difficile alors que dans ma tête une petite voix enfantine et gourmande jubile "Oh, ça c'est bon et ça aussi, et ça donc!" alors qu'une autre voix beaucoup plus pausée tempère ses ardeurs d'un ton moralisateur. Allons donc pour le vacherin, un assortissement de pâtes dures (Comté, Gruyère, Fribourg et Emmenthal) et un superbe Maroilles fermier de la ferme des Bahardes à Estroeungt, un des quelques producteurs fermiers de ce produit magnifique qui fait la gloire du Nord.

Quelques allées plus loin, dans un coin, se niche l'étal d'un charcutier-tripier bien nommé "Au Porc d'Attache". Les produits sont artisanaux et de qualité. C'est l'occasion d'acheter du Potjevleesch, de l'andouille, de l'andouillette et du petit salé. J'étais à 2 doigts de craquer pour le museau vinaigrette et les tripes à la mode de Caen, mais ce sera pour une autre fois. La voix pausée a obtenu cette concession...

Arrêt suivant chez le marchand de fruits pour quelques pommes. C'est la fin de la saison des oranges sanguines. Ca me rappelle quand j'étais gamin au carnaval, et que je ramassais les oranges jetées par les Gilles, pour les manger ensuite ainsi dans la rue, le jus frais coulant dans ma bouche d'enfant... "Mettez m'en deux kilo, dis-je". "Non, c'est trop peu, mettez deux kilo et demi", renchérit la voix gourmande.

L'hiver, c'est la saison des racines. Un producteur bio propose de magnifiques radis noirs. En fines lamelles sur une tranche de pain au beurre salé ou au fromage frais, ce sera excellent.

Maintenant le pain. Au n° 85 de la rue de la Monnaie, faisant le coin avec la rue du Péterinck, on trouve une petite boulangerie-pâtisserie nommée "Aux Merveilleux de Fred". En plus de la spécialité pâtissière à l'origine du nom de l'endroit, la vitrine regorge de pains dont on devine à les voir le croustillant de la croûte et le moelleux de la mie. La file d'attente sur le trottoir atteste de la réputation de l'établissement.

Mais c'est déjà l'heure de l'apéro. Juste en face du "Merveilleux", au n° 50, se trouve un bar à vin très couru, "La Part des Anges".  Cette matinée ensoleillée de février se prête à merveille à la dégustation d'un verre de champagne à une des tables extérieures sur le trottoir en pavés, tandis que les passants vont et viennent du marché tout proche et qu'au coin de la rue un gars joue de l'accordéon à notre bon coeur.

Il y a déjà eu des moments plus pénibles dans l'existence...

PC 008

PC 010

PC 014

PC 018

03/11/2008

Salon des vins de terroir Seclin novembre 2008

Ils étaient tous au rendez-vous. Allée après allée, entourés de leurs marchandises, bouteilles, saucissons, fromages et autres victuailles au comptoir, plus de 200 viticulteurs et producteurs de produits du terroir nous ont accueillis lors de ce pluvieux weekend de Toussaint. Heureusement, le grand chapiteau blanc nous épargne des intempéries.

La plupart sont souriants et vous parlent avec passion et fierté de ce qu'ils produisent et vendent. Venus parfois de très loin, ils offrent à la gourmandise du public le fruit de leur travail.

Nous retrouvons avec plaisir les viticulteurs dont nous avons apprécié les vins au cours des mois et des années passées.

C'est l'occasion de manger un sandwich au foie gras en déambulant dans les allées. Cela fourmille de tous les côtés, certains stands sont véritablement pris d'assaut. Ce sont des allées et venues avec les diables pour emporter les précieuses caisses de bouteilles qui iront garnir les caves.

Quitte à avoir la crise, optons pour celle du foie. Pied de nez

CEFOR 028

CEFOR 029

CEFOR 009

CEFOR 017

CEFOR 015

CEFOR 016

CEFOR 013

CEFOR 011

CEFOR 019

CEFOR 023

CEFOR 024

CEFOR 021

CEFOR 027

CEFOR 025

06:33 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vin, lille, terroir, seclin |  Facebook |

23/09/2008

Salon des vins de terroir

Du 31 octobre au 03 novembre 2008


 

salonvt 

 

 

 

salon

 

 

 

SECLIN (Lille)
Parc de la Ramie 60 rue Marx Dormoy 59113 Seclin

http://www.vins-de-terroir.com/accueil_salon.php?idSalon=32

21:33 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vin, lille, terroir, seclin |  Facebook |

04/11/2007

Salon des vins de terroir à Seclin (Lille): le récit

1er novembre 10h: départ par la E42 Namur-Mons-Tournai-Lille. GPS vers le centre de Seclin et il suffit alors de suivre les flèches pour arriver au parking. Attention: boueux par temps de pluie.

11h30, c'est l'heure de l'apéritif. Entrée dans le chapiteau sur invitation: on peut l'obtenir la 1ère fois par internet, et les années suivantes, les viticulteurs chez qui vous avez acheté en envoient à la maison. Si on a oublié son verre, on en vend à l'entrée. Accrochez-vous-y: il m'est arrivé plusieurs fois d'oublier mon verre sur un comptoir.

Chaque vigneron occupe un stand identifié par une lettre et un chiffre, la lettre indiquant l'allée. On peut préparer son trajet de dégustation en repérant sur internet les vins que l'on veut goûter.

C'est une bonne idée de vouloir commencer par le champagne, mais tout le monde y pense. Si ça coince, c'est mieux de réessayer vers 4h.

L'ambiance est super: on est là pour goûter et les vignerons ne demandent que ça. Ils ont le contact facile. Il s'agit quand même de garder une distance critique: se tenir à son budget et aux vins qu'on aime vraiment, tout en restant ouvert à la découverte. Un difficile exercice d'autodiscipline quand, comme moi, on a tendance à s'enthousiasmer facilement dès que le vin est bon et le type sympa.

Rapport qualité/prix, il y a de bonnes affaires: les vins sont vendus au tarif propriété et, en France, la TVA et les accises sont moins élevées qu'en Belgique. C'est pourquoi un viticulteur, quand il vient à une foire en Belgique, doit vendre plus cher. On trouve ici du très bon champagne entre 12 & 15 euro, et beaucoup de vins à moins de 10 euro. La plupart des stands permettent le paiement par carte, mais certains demandent du liquide (évidemment !). 

 

Nous avons goûté et apprécié (voir site internet du Salon pour détails)

Champagne Bardy Chauffert à Mesnil sur Oger

Champagne Pernet Lebrun à Mancy

Champagne Vollereaux à Pierry

Beaujolais Domaine du Lambert à St Romain au Mont d'Or

St Nicolas de Bourgueil Domaine des Bergeonnières

Chinon Charles Joguet à Sazilly

Côtes du Rhône Domaine des Pasquiers à Sablet

Saint-Chinian Cave de Berlou à Berlou

Languedoc Domaine des Crès Ricards à Ceyras

Armagnac Domaine de Guilhon d'Aze à Larée

 

cefor 001

 

 cefor 014

 

cefor 016

 

11:10 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lille, vin, seclin, terroir |  Facebook |

27/10/2007

Salon des vins de terroir à Seclin (Lille)

Du 1er au 4 novembre 2007, c'est le Salon des vins de terroir à Seclin près de Lille. Un salon très convivial sous chapiteau où plus de 200 vignerons présentent leurs vins à la dégustation (gratuite) des consommateurs.

 Ce salon a lieu 2X par an (novembre et mai) et nous donne l'occasion d'acheter à bon prix les vins que l'on aime. Voir lien internet.

A ne pas manquer aussi, la découverte de Lille, la plus belge des villes françaises par son architecture, la sympathie des gens, leur goût pour la bière et les recettes canailles.

Bientôt le reportage photo de cette petite escapade... 

 

 

 

17:38 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vin, seclin, terroir, lille |  Facebook |