11/08/2009

Carbonnades à la kriek Cantillon

Comme on m'a fait remarquer que je n'avais plus rien publié depuis un certain temps (presqu'un mois!), voici une recette de petit plat mijoté bien de chez nous comme je les aime. La préparation termine sa cuisson dans une cocotte en fonte au moment où je vous écris et c'est un parfum délicat qui se répand dans toute la maison, promesse d'un bon moment de table.

Depuis ma visite à la brasserie Cantillon à Anderlecht, j'avais envie de cuisiner ce produit aux intenses qualités organoleptiques mais à l'acidité hors normes. 

Le goût acide n'étant pas au goût du jour dans ce monde abruti par le sucre, probablement pas tout le monde se retrouvera dans cette recette. Dans ce cas, plutôt que d'utiliser une kriek de grande consommation chaptalisée à outrance, forcez sur le miel ou la cassonade. Cette recette est 100% arbitraire et selon mon goût, qui n'est pas sucré.

Pour les infos sur Cantillon, voir le post: http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6880730/la-brasse...

Cette recette me semblait bien indiquée au mois d'août, quand il fait encore chaud mais que les jours raccourcissent et que les soirées se font fraîches. La cerise griotte donne une note estivale à ce plat mijoté qui pourtant déjà appelle l'automne.

Ingrédients pour 2 à 3 personnes:

2 bouteilles de Kriek Cantillon 37,5 cl bouchonnées

600 gr de carbonades 1er choix

1 gros oignon

3 càs de gelée de kriek Cantillon

1 càs de miel de romarin (ou de thym)

1 càs de cassonade

1 càs de beurre

Bouquet garni, muscade, clou de girofle

Sel, poivre

Maïzena... ou beurre manié selon votre régime.

Mode opératoire:

Dans une cocotte en fonte, faire revenir dans le beurre l'oignon haché et la viande jusqu'à belle coloration.

Pendant ce temps, chauffer la kriek sans la faire bouillir.

Verser la kriek chaude dans la cocotte une fois la viande bien colorée.

Amener à ébullition. Saler, poivrer, ajouter le bouquet garni, le clou de girofle.

Laisser mijoter à feu doux pendant 3 heures.

A mi-cuisson, ajouter la gelée, le miel, la cassonade, le maïzena.

Laisser mijoter, goûter, rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

De préférence déguster le lendemain réchauffé, avec des pommes de terre natures... et bien sûr une Kriek Cantillon !

22:12 Écrit par Cueillelejour dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, kriek, carbonades, cantillon |  Facebook |

09/04/2009

La brasserie Cantillon

De sortie à Anderlecht (voir reportage "Brasserie de la Paix"), je profite de l'occasion pour visiter la brasserie Cantillon, qui produit encore de façon artisanale du véritable Lambic, de la Gueuze, du Faro et de la Kriek.

Rien à voir avec les produits industriels de grande consommation, dont une marque footballiste arrose le marché, imposant de fait l'uniformité et la pauvreté du goût, et contribuant ainsi à la disparition d'un artisanat brassicole qui fait pourtant la richesse de notre pays.

Ici on travaille encore de façon naturelle, sans adjonction de levure, la fermentation se produisant à partir des bactéries et levures sauvages de l'air ambiant, et en laissant le temps au temps. C'est un produit vivant et naturel, les bactéries provoquant la fermentation spontanée des sucres, et confèrant au lambic cette acidité toute particulière qui fait le régal des amateurs. A noter aussi l'emploi exclusif de céréales issues de l'agriculture biologique. Pour donner une idée du volume, Cantillon brasse 1.000 hectolitres par an sur une production annuelle belge de 17 millions.

Le lambic ne mousse pas, ne pétille pas, c'est comme un vin de grain, qui reste jusqu'à trois ans en fût, plus longtemps donc que le vin. C'est un produit quasi inconnu du grand public qui sert de base à la fabrication de la gueuze.

La gueuze est un assemblage de lambics de 1, 2 et 3 ans. Comme on assemble différents vins blancs pour produire le Champagne, on assemble pour la Gueuze des lambics d'âges et de goûts différents. Il faudra alors environ 1 an pour transformer lors de la seconde refermentation en bouteille le sucre des lambics en gaz carbonique et obtenir ainsi de la Gueuze.

Comme il s'agit d'un produit artisanal, ces gueuzes n'ont pas chaque année le même goût et mériteraient sur l'étiquette un millésime de mise en bouteille plutôt qu'une date de péremption. Il faut savoir qu'un lambic ou une gueuze conservé dans une bonne cave se tient de nombreuses années.

La brasserie Cantillon est une entreprise familiale de longue tradition. On peut la visiter toute l'année sans rendez-vous pendant les heures d'ouverture et y acheter les produits.

Chaque année est organisé un brassin public où, dès 6h30, on peut assister aux différentes opérations. En 2009, ce sera le samedi 7 novembre.

Santeï ! http://www.cantillon.be/br/1_1

PS: Ce reportage est dédié à Papy Marc, un paye comme un building mais avec beaucoup moins de fenêtres, dont j'ai apprécié la compagnie lors de la visite de la brasserie Sainte Hélène. Pour avoir une idée de la zwanze, cliquez ici ou là:

http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6156614/portes-ou...

http://www.gaumeferdoemme.be/

 

23:55 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anderlecht, biere, gueuze, cantillon |  Facebook |