18/07/2009

Promenade au bois

Vacances à la maison. De bon matin, alors que la brume vogue au-dessus de la vallée de la Meuse, je gravis la rue vers le bois pour une promenade dans l'air vif qui suit les averses.

Une fois passé le pont du chemin de fer, je constate au moment de rentrer dans le bois que des indélicats ont laissé traîner leurs ordures autour d'une table de pique-nique. Bémol. A deux pas de chez soi, là où l'on peut se ressourcer parmi les arbres, l'agressivité envahissante de la race humaine envers son milieu fait aussi des dégats. Faudra-t-il bientôt ici aussi installer des caméras pour prendre en flag les pollueurs ? Ceux qui balancent les canettes, bouteilles en plastique, quand ce n'est pas leur vieux matelas ? Pffff...

Je m'enfonce dans le bois et suit le chemin. Odeurs de terreau humide, fougères et pins tandis que mes pas sont amortis par la terre molle. Oxygène.

Soudain surgissent deux vététistes poussant leur machine comme s'ils avaient le diable aux trousses. Suivent des cris, et plein d'autres vététistes aussi enragés. Le bois est balisé de bandes en plastique rouge et blanc, le sol marqué à la craie. Bientôt j'ai l'impression de me trouver par erreur sur un circuit de course. Chouette balade au calme...

Mon chemin quitte enfin le parcours de ces sportifs forcenés à la poursuite de leur santé au détriment de ma tranquilité. J'arrive à hauteur d'un panneau incitant au respect de la nature... au pied duquel repose un sac en plastique plein de déchets. No comment.

Au sortir du bois, dans un chemin de campagne, je peux enfin musarder à l'aise et photographier paysages et plantes. Qu'il est dur d'avoir l'esprit contemplatif de nos jours...

Et le soir venu, à la maison, les doigts de pieds en éventail sur la terrasse, je profite avec un livre et un verre de vin du soleil qui se couche de l'autre côté de la Meuse tandis que les criquets donnent leur concert vespéral.

18:38 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bonheur, fleurs, promenade, pollution, campagne, bois, calme |  Facebook |

29/06/2009

Teuf chez Myriam

Les plus festifs et disponibles d'entre nous se sont donnés rendez-vous ce dimanche midi chez Myriam, au milieu de nulle part, là où même un GPS ne trouve pas son chemin.

C'est une belle maison, dans un coin charmant de la campagne hannutoise, qui nous accueille dans son jardin à l'ombre d'une pergola. On dirait le Sud.

Chacun est venu avec un plat. Dès l'apéritif, l'ami Marcel débouche les bouteilles avec un enthousiasme contagieux. Le monde est bien fait: nous vidons nos verres et il les remplit.

Les plats se succèdent:  melon/jambon, vitello tonato, salades et taboulés variés, pain aux olives, darne de saumon moelleuse à souhait, terrine de lapin à la Mac Chouffe, moussaka fondante, choux à la crème et tiramisu au speculoos, le tout préparé avec amour et produits frais.

Les flacons se suivent, plus séduisants les uns que les autres: blanc portugais perlant à l'apéro, blanc italien de la vallée d'Aoste, Santenay, Saint-Aubin "Murgers des dents de chien", Monthélie, Pauillac, Pacherenc, Maury, et j'en oublie sûrement. Bientôt les hommes se sentent une âme de philosophe, se prennent d'envolées sportives ou dionysiaques à la gloire des Rouches ou du rouge. Heureusement, les femmes sont là pour leur rafraîchir les idées.

Et déjà le soleil disparaît. Myriam ne nous laisse pas partir l'estomac vide: improvisation de langoustines et taboulé, suivie d'un pain à la saucisse de Paliseul. 

Une vraie journée de bonheur.

21:41 Écrit par Cueillelejour dans Cefor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bonheur |  Facebook |

17/08/2008

Faut être culotté dans la vie...

Il fallait m'y résigner après les vacances, même si j'aime pas ça: je n'ai plus de pantalons à ma taille...    Embarassé

Attention, comprenons-nous bien: ce qui m'ennuie dans l'histoire, c'est pas d'avoir grossi, mais de devoir aller acheter des fringues. Je DETESTE ça.

J'ai donc pris le chemin de Rendeux, où la maison Goosse propose un grand choix dans des tailles pour les gars qui, comme moi, "portent bas".

gros

 

C'est qu'il faut emballer le gamin: c'est pas du poulet, un vrai cul de poulain, et un bide, j'vous dit pas, c'est pas du gras d'saucisse, non m'dame, ce bide-là, ce sont des années de travail à table dans les meilleurs restos, arrosé des meilleurs vins. Respect, s'il vous plait !

Car un jour, j'ai décidé de ne pas suivre la dictature anorexienne qui dit qu'il faut faire du sport et être maigre. Vous rigolez ? Z'avez déjà vu le cinéma de tous ces sportifs, et j'ai bobo ici, et j'ai mal là ! Et tous les efforts qu'ils déploient pour se persuader qu'il s'amusent en courant après la baballe. Très peu pour moi.

Sans compter les remords lorsqu'ils ont le malheur de se lâcher un peu sur la nourriture. Ils seraient prêts alors à se flageller et se meurtrir 100 fois de repentance. Et vas-y que le lendemain je te remette une couche de jogging ! Et le pompon, ce sont ces footballistes qui se font un arrêt cardiaque en plein match à 22 ans. Le sport est bon pour la santé, qu'ils disaient...

Bon, d'accord, un sportif, c'est peut-être plus beau à regarder qu'un gras du bide. Mais essayez de passer une soirée mondaine avec un gars qui vous raconte ses 500 derniers matches, et vous verrez.

Ah, oui, encore une chose: pour ceux qui ne seraient pas d'accord avec moi malgré l'entière mauvaise foi que je me suis efforcé de mettre dans ces propos, je n'ai qu'une chose à ajouter:

pantalon

 

00:28 Écrit par Cueillelejour dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bonheur, sport, pantalon, manger, maigrir, vivre, grossir, culotte |  Facebook |

10/08/2008

LOIRE: Conclusion

Maintenant, m'attend la délicate tâche du rangement des bouteilles dans la cave.

Ces bouteilles, glanées ci et là au gré de nos coups de coeur, vont reposer un temps dans leur sanctuaire avant de connaître leur destination finale: égayer un repas, consoler un coeur triste, enflammer une passion, sublimer une recette, susciter une ivresse créatrice, pousser à la confidence, rapprocher les âmes, faire chanter l'amitié et la joie de vivre, ou tout simplement réchauffer une longue soirée d'hiver, rafraîchir un repas d'été, étancher la soif.

Merci, vignerons, de nous avoir accueillis pour découvrir vos vins! Il sera ici fait bon usage du fruit de votre travail.

Merci cuisiniers de nous avoir accueillis à votre table, où la dégustation de vos plats frise parfois le sublime.

Merci sommeliers de vos conseils éclairés afin de marier au mieux le solide et le liquide.

A bientôt pour de prochaines aventures...

Picture 008

Picture 006

Picture 002

Picture 004

11:28 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bonheur, vin, cave |  Facebook |