18/10/2009

Brassigaume 2009

Fervent amateur de bières artisanales, je profite d'un déplacement professionnel dans le sud du pays le vendredi pour loger au Grand-Duché et le lendemain faire le parcours de dégustation à Brassigaume.

Le matin, arrêt à Arlon pour une visite et quelques achats à la boutique Mi Orge Mi Houblon, une véritable caverne d'Ali Baba pour tout amateur de bière.

logo-mi-orge-mi-houblon-03

Leur site: http://www.miorgemihoublon.be/index.php?option=com_frontp...

Leur blog: http://miorgemihoublon.blogspot.com/

Après un bon repas à Habay (voir post précédent), nous entrons dans le chapiteau où une vingtaine de maîtres brasseurs font découvrir leurs produits.

Après l'achat d'un verre estampillé au nom de l'événement et des jetons pour les boissons, nous commençons notre voyage au pays du houblon (voir site http://www.brassigaume.be/).

L'ambiance est bon enfant, nous papillonnons de verre en verre, et de surprise en surprise. L'Italie est bien représentée, l'Angleterre aussi. Rencontres surprenantes, comme cette bière de fermentation spontanée de la brasserie italienne Panil, à la richesse aromatique intense. L'événement mérite bien son appellation de "Festival international des bières de caractère".

Nous alternons nos bières favorites (notamment Rulles dans ses différentes déclinaisons) avec les découvertes séduisantes(notamment l'Augrenoise).

Réflexion sur le fait que les toilettes soient payantes: c'est vrai, il faut payer le liquide quand il entre et quand il sort. D'un autre côté, il faut reconnaître que la propreté de ces lieux, susceptibles de connaître tous les débordements, était exemplaire. Pour ma part, j'ai arrosé tout au long de la soirée le même buisson derrière la tente qui devait sans doute avoir la gueule de bois ce matin!

Brassigaume

14:21 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : biere, gaume, brasseurs, brasseries, brassigaume |  Facebook |

04/10/2009

Megavino & Brassigaume

Le 3e week-end d'octobre sera riche pour ceux qui aiment la bière et le vin: 

logo-Megavino-2009_top

 

La 11e édition du salon Megavino vous accueillera du 16 au 19 octobre 2009 au Palais 3 de Bruxelles Expo avec Bordeaux comme hôte d’honneur.

http://www.megavino.be/fr/

Megavino accueille cette année pour la première fois son ‘petit frère’: Megaspirits. Un pavillon exclusivement réservé aux alcools et spiritueux provenant d’une dizaine de pays différents.

                                           -------------------

brassigaume

Pour les fondus de bières, le festival Brassigaume aura lieu à Marbehan les 17 & 18 octobre:

http://www.brassigaume.be/

Accueil par les petites brasseries dans des stands sous chapiteau, afin de déguster les bières artisanales dans une ambiance très conviviale.  C'est aussi l'occasion pour le public de se restaurer avec différents repas à base de bières présentes au Festival.

Brassigaume ne sélectionne que les brasseries authentiques et met tout en oeuvre afin que les amateurs de bonnes bières puissent découvrir la richesse du patrimoine brassicole belge mais aussi d'ailleurs.

Situé au coeur de la Gaume, le festival Brassigaume à lieu sous chapiteaux chauffés à Marbehan (20 km d'Arlon, autoroute E411 sortie Rulles).

16:37 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, vin, brassigaume, megavino |  Facebook |

11/08/2009

Carbonnades à la kriek Cantillon

Comme on m'a fait remarquer que je n'avais plus rien publié depuis un certain temps (presqu'un mois!), voici une recette de petit plat mijoté bien de chez nous comme je les aime. La préparation termine sa cuisson dans une cocotte en fonte au moment où je vous écris et c'est un parfum délicat qui se répand dans toute la maison, promesse d'un bon moment de table.

Depuis ma visite à la brasserie Cantillon à Anderlecht, j'avais envie de cuisiner ce produit aux intenses qualités organoleptiques mais à l'acidité hors normes. 

Le goût acide n'étant pas au goût du jour dans ce monde abruti par le sucre, probablement pas tout le monde se retrouvera dans cette recette. Dans ce cas, plutôt que d'utiliser une kriek de grande consommation chaptalisée à outrance, forcez sur le miel ou la cassonade. Cette recette est 100% arbitraire et selon mon goût, qui n'est pas sucré.

Pour les infos sur Cantillon, voir le post: http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6880730/la-brasse...

Cette recette me semblait bien indiquée au mois d'août, quand il fait encore chaud mais que les jours raccourcissent et que les soirées se font fraîches. La cerise griotte donne une note estivale à ce plat mijoté qui pourtant déjà appelle l'automne.

Ingrédients pour 2 à 3 personnes:

2 bouteilles de Kriek Cantillon 37,5 cl bouchonnées

600 gr de carbonades 1er choix

1 gros oignon

3 càs de gelée de kriek Cantillon

1 càs de miel de romarin (ou de thym)

1 càs de cassonade

1 càs de beurre

Bouquet garni, muscade, clou de girofle

Sel, poivre

Maïzena... ou beurre manié selon votre régime.

Mode opératoire:

Dans une cocotte en fonte, faire revenir dans le beurre l'oignon haché et la viande jusqu'à belle coloration.

Pendant ce temps, chauffer la kriek sans la faire bouillir.

Verser la kriek chaude dans la cocotte une fois la viande bien colorée.

Amener à ébullition. Saler, poivrer, ajouter le bouquet garni, le clou de girofle.

Laisser mijoter à feu doux pendant 3 heures.

A mi-cuisson, ajouter la gelée, le miel, la cassonade, le maïzena.

Laisser mijoter, goûter, rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

De préférence déguster le lendemain réchauffé, avec des pommes de terre natures... et bien sûr une Kriek Cantillon !

22:12 Écrit par Cueillelejour dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, kriek, carbonades, cantillon |  Facebook |

29/06/2009

Terrine de lapin à la Mc Chouffe

Voici ma recette de terrine de lapin à la Mc Chouffe. Je tiens scrupuleusement à citer mes sources lorsque je trouve l'inspiration ailleurs. J'ai mis à ma sauce la recette de terrine que l'on trouve sur le site de la brasserie http://www.achouffe.be/fr/

Grand amateur de Chouffe et Mc Chouffe, je n'ai pu résister à adapter cette recette à mon goût. La voici telle que je l'ai réalisée dimanche passé:

Terrine de Lapin à la Mc Chouffe


Pour la terrine:

·     1 lapin

·     500 gr de haché porc/veau

·     150 gr de jambon cuit

·     100 gr de lard fumé

·     50 gr de mie de pain

·     250 gr de bardes de lard très fines

·     2 œufs

·     3 échalotes

·     1 bouquet de persil, thym, romarin, quelques boules de genièvre, laurier.

·     2 sachets de gelée dorée

·     Sel & poivre

·     1 bouteille de Mc Chouffe

 Pour le fond

  • Les parures du lapin, tête comprise.
  • Bouquet de marmite

Mode opératoire:

·     Désossez le lapin. Réservez la chair, les rognons nettoyés et le foie.

·     Avec les parures, réalisez un fond de lapin: casser les os, couper les viandes et mener à ébullition dans 3 litres d'eau salée, écumer, rafraîchir, puis remplacer l'eau, ramener à ébullition avec le bouquet de marmite. Bien écumer, le jus doit être clair. Laisser frémir pendant 3 heures (il ne doit plus rester qu'environ 1 litre de liquide). N'oubliez pas de saler et poivrer.

·     Réalisez la farce en mélangeant le haché, les échalotes, le persil, les boules de genièvre écrasées, le thym effeuillé, les feuilles de romarin finement hachées, les œufs, le jambon en petits dés, la mie de pain.

·     Mouillez à la bière. Le mélange doit être bien humide mais le liquide ne doit pas couler

·     Faites revenir les lardons sans matière grasse, déglacez à la bière ajoutez le tout à la préparation.

·     Salez et poivrez généreusement. Vérifiez l'assaisonnement en goûtant la farce crue.

·     Mélangez bien et laissez reposer au frigo.

·     Découpez la chair, les rognons et le foie du lapin en lanières.

·     Tapissez le fond et les bords d'une terrine de bardes de lard.

·     Couchez dessus de la farce.

·     Alternez alors les couches de farce avec les lanières de chair de lapin, sans oublier le foie et les rognons.

·     Terminez par de la farce.

·     Emmaillotez le bébé: recouvrez soigneusement avec le reste des bardes. Par-dessus, posez du laurier, du thym, puis fermez le couvercle de la terrine.

·     Faites chauffer le four à 180-200°.

·     Enfournez la terrine à four chaud et laissez cuire au bain-marie pendant 2 heures et demie.

·     Le jus qui perle sous le couvercle doit être clair en fin de cuisson. A la sortie du four, enfoncez une aiguille à tricoter en plusieurs endroits pour vérifier la cuisson.

·     Réalisez 1 litre de gelée dorée avec le fond de lapin passé au chinois.

·      Videz le jus de cuisson de la terrine et remplacez-le par la gelée encore chaude.

·     Mettez au frigo avec un poids sur la terrine (sans couvercle) et laissez reposer 24 heures.

Suggestions :

S'il vous reste de la gelée, hachez-la finement pour accompagner les tranches de terrine. C'est bien meilleur comme accompagnement que la confiture d'oignons, qui occulte le goût de la préparation.

Servir avec des toasts, une salade aux noix bien relevée… et une bouteille de Mc Chouffe!

 

 

22:29 Écrit par Cueillelejour dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, terrine, lapin, chouffe, achouffe, mc chouffe |  Facebook |

12/06/2009

Exam 2 2009

Deuxième jour d'examen. Les candidats sont déjà en pleine action quand j'arrive. La table est dressée. Fleurs et herbes sauvages. On reconnait tout de suite la main verte de Pascale.

Aujourd'hui, nous avons deux membres du jury en plus du chef. Il va falloir assurer.

Le premier à passer, c'est Olivier. L'intitulé de ses zaks reflète l'originalité du personnage: Mousse des gens bons qu'on porte haut et Mini turban de plie cynoglosse dans son fumet à la coriandre fraîche et queue de jeunes oignons.

Pascale enchaine avec une cuiller apéritive de Purée de radis noir et billes de tomate, Potage de laitue aux pâquerettes et un Pancake à la tanaisie. Pour ceux qui, comme moi il y a peu, ne savent pas ce qu'est la tanaisie, suivez le lien: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tanaisie. Notre baronne a une connaissance étonnante des plantes, c'est un peu la guérisseuse du village ;0)

Denis nous sert en entrée une Sole accompagnée de riz croustillant et sa sauce curry-crustacé.

Vient ensuite Myriam et ses Rouleaux cordouans aux aubergines, flan de fenouil et son émulsion lactée à l'anis, pommes dauphines aux tomates confites et basilic.

Et au dessert, Aurore s'est lâchée sur le chocolat avec une Mousse au chocolat blanc et sa crème de capuccino, Tartelette au chocolat et épices, Moelleux au chocolat coeur fondant aux fraises.

Et s'ensuit une giga vaisselle tandis qu'on aide le jury à terminer les bouteilles de vin.

Les commentaires du jury à chacun des candidats clôturent cette soirée et nous repartons repus.

Et quatre mauvais camarades errent sous la pluie à la recherche d'un bistro ouvert... pour tomber sur Guillaume à Hémisphère Sud qui nous sert de la Hopus de la brasserie Lefebvre. Une belle bière houblonnée... dangereuse si on dépasse la dose raisonnable!

http://hemisphere-sud.skynetblogs.be/

http://www.resto.be/ware/details.jsp?businessid=34722&...

http://www.brasserielefebvre.be/

 

21:40 Écrit par Cueillelejour dans Cefor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, examen, hemisphere sud, lefebvre, hopus |  Facebook |

28/04/2009

Sur les traces de Jean-Luc Petitrenaud à Lille

C'est en dégustant sur France 5 une des escapades de Jean-Luc Petirenaud dans la région de Lille que nous est venue l'idée de rendre visite au Café Manu sur la Place du Concert à Lille, bar à vins et restaurant.

http://www.france5.fr/escapades/009585/27/163693.cfm

Ayant énormément apprécié par le passé le restaurant La Laiterie (http://www.lalaiterie.fr/) et la cuisine de son géant débonnaire Benoît Bernard, nous décidons à l'occasion de notre pélérinage au Salon des vins de terroir à Seclin (voir liens gourmands) de faire une halte chez son pote Manu.

Un samedi midi, c'est plein à craquer, mais la patronne nous invite à attendre au bar qu'une table se libère et nous ne nous faisons pas prier. Nous avons tout loisir en dégustant une coupe de champagne d'étudier les ardoises murales qui détaillent ce que l'on boit et ce que l'on mange.

Et nous partons pour un superbe Oeuf cocotte aux morilles avec un Haute Côte de Beaune blanc, suivi d'un New York Strip (malheureusement servi à point plutôt que saignant mais qualité de boeuf impeccable), un turbot aux asperges et morilles et des gambas sur un risotto aux pétales de St Jacques, et avec le boeuf un chinon rouge et frais (un peu trop à mon goût, mais bon).

Le New York Strip est un must de l'endroit, servi avec une béarnaise, une fine salade sauce césar et des frites super croustillantes. Beau choix de vins. Ambiance bistrot, cuisine de copains qui s'y connaissent avec des produits de qualité, accueil très sympathique, service sans chichis. Et comme nous sommes les derniers clients du midi, tout le temps de prendre quelques photos.

Pour digérer, pendant que Madame fait du shopping dans les innombrables boutiques de Lille, un petit saut à la terrasse de la Cloche, place du Théâtre. On y sert de la 3 Monts, une très belle bière de fermentation haute titrant 8,5° et qui est tellement bonne qu'elle mériterait d'être belge. Son nom vient des monts de la région, le Mont des Cats, le Mont Cassel et le Mont Noir. Etiquetée "bière de Flandre", elle est fabriquée par la brasserie St-Sylvestre (59114 St-Sylvestre-Cappel) avec du houblon local très parfumé.

http://www.brasserie-st-sylvestre.com/

A la terrasse de la Cloche, on accepte sur demande de servir la 3 Monts dans un seau à glace. Une si bonne bière mérite bien les égards réservés au Champagne!

Et c'est le ventre et le coffre bien remplis que se termine cette journée chez les Ch'tis.

09/04/2009

La brasserie Cantillon

De sortie à Anderlecht (voir reportage "Brasserie de la Paix"), je profite de l'occasion pour visiter la brasserie Cantillon, qui produit encore de façon artisanale du véritable Lambic, de la Gueuze, du Faro et de la Kriek.

Rien à voir avec les produits industriels de grande consommation, dont une marque footballiste arrose le marché, imposant de fait l'uniformité et la pauvreté du goût, et contribuant ainsi à la disparition d'un artisanat brassicole qui fait pourtant la richesse de notre pays.

Ici on travaille encore de façon naturelle, sans adjonction de levure, la fermentation se produisant à partir des bactéries et levures sauvages de l'air ambiant, et en laissant le temps au temps. C'est un produit vivant et naturel, les bactéries provoquant la fermentation spontanée des sucres, et confèrant au lambic cette acidité toute particulière qui fait le régal des amateurs. A noter aussi l'emploi exclusif de céréales issues de l'agriculture biologique. Pour donner une idée du volume, Cantillon brasse 1.000 hectolitres par an sur une production annuelle belge de 17 millions.

Le lambic ne mousse pas, ne pétille pas, c'est comme un vin de grain, qui reste jusqu'à trois ans en fût, plus longtemps donc que le vin. C'est un produit quasi inconnu du grand public qui sert de base à la fabrication de la gueuze.

La gueuze est un assemblage de lambics de 1, 2 et 3 ans. Comme on assemble différents vins blancs pour produire le Champagne, on assemble pour la Gueuze des lambics d'âges et de goûts différents. Il faudra alors environ 1 an pour transformer lors de la seconde refermentation en bouteille le sucre des lambics en gaz carbonique et obtenir ainsi de la Gueuze.

Comme il s'agit d'un produit artisanal, ces gueuzes n'ont pas chaque année le même goût et mériteraient sur l'étiquette un millésime de mise en bouteille plutôt qu'une date de péremption. Il faut savoir qu'un lambic ou une gueuze conservé dans une bonne cave se tient de nombreuses années.

La brasserie Cantillon est une entreprise familiale de longue tradition. On peut la visiter toute l'année sans rendez-vous pendant les heures d'ouverture et y acheter les produits.

Chaque année est organisé un brassin public où, dès 6h30, on peut assister aux différentes opérations. En 2009, ce sera le samedi 7 novembre.

Santeï ! http://www.cantillon.be/br/1_1

PS: Ce reportage est dédié à Papy Marc, un paye comme un building mais avec beaucoup moins de fenêtres, dont j'ai apprécié la compagnie lors de la visite de la brasserie Sainte Hélène. Pour avoir une idée de la zwanze, cliquez ici ou là:

http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6156614/portes-ou...

http://www.gaumeferdoemme.be/

 

23:55 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anderlecht, biere, gueuze, cantillon |  Facebook |

19/03/2009

Anguille à l'escavèche et Duvel Tripel Hop

Lors d'un reportage précédent, j'avais déjà parlé du restaurant Nulle Part Ailleurs à Couvin, son bistrot terroir L'Absinthe et sa boutique Côté Terroir ( http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6136581/loire-dim... ).

L'occasion se présente de déguster un pot de leur fameuse anguille à l'escavèche, généreusement offert par une admiratrice.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, cette même admiratrice y a joint une bouteille de Duvel Tripel Hop, une bière de la célèbre brasserie Moortgat titrant 9,5% d'alcool et produite en 2007 en quantité limitée (un seul brassin, 22.000 bouteilles de 75 cl), et maintenant quasi introuvable sauf à un prix de fou sur internet.

Le nom Tripel Hop vient des trois sortes de houblons utilisés:  le Saaz Saaz de Tchéquie que l'on retrouve dans la Duvel classique, le Styrian Golding de Slovénie souvent présent dans les ales anglais et bières spéciales belges, et enfin l'Amarillo d'origine américaine. On a recours au Dry Hoping (houblonnage à cru), procédé par lequel en plus du houblonnage classique des cones de houblon sont ajoutés à un stade ultérieur de la fabrication.

Il en résulte une bière un peu trouble au caractère très marqué, avec une longueur en bouche fabuleuse et dont la belle mousse et la petite colonne de bulles remontant du fond du verre rappellent sans hésiter la fraternité avec la Duvel classique.

L'amertume très marquée de la bière se marie superbement avec le côté vinaigré de l'escavèche et le moelleux de l'anguille, et c'est le meilleur de deux mondes qui se trouve ainsi réuni, un fleuron de l'art brassicole flamand se mariant idéalement à un plat traditionnel wallon vainqueur du Coq de Cristal 2001 à la foire de Libramont.

Pour ceux qui regretteraient de ne pas trouver de Duvel Tripel Hop, la brasserie Chouffe commercialise sa cousine ardennaise, la Chouffe Houblon, fabriquée également avec 3 sortes de houblons (Amarillo, Saaz et Tomahawk) et titrant 9% d'alcool.

PC 005

PC 001

PC 015

PC 038

PC 034

PC 022

PC 030

PC 028

PC 025

PC 044

PC 042

PC 043

17/08/2008

PORTES OUVERTES A LA BRASSERIE SAINTE HELENE

Après avoir réglè quelques soucis vestimentaires (voir post précédent), nous nous sommes retrouvés en Ardenne par un bel après-midi d'août.

Ce weekend, c'est portes ouvertes à la brasserie Sainte Hélène près de Virton. La route est dégagée, le soleil brille, la Volvo nous y conduit sans encombres.

Nous avons découvert la bière de la brasserie Sainte Hélène pour la première fois à Hotton, à la rencontre des brasseries luxembourgeoises (voir post du 13/07).

Le brasseur, Eddy Pourtois, est un créatif autodidacte. Ici le mot artisan prend tout son sens. Le matériel utilisé est en grande partie du matériel de récupération ou a été créé en fonction des besoins.

La collaboration de Palix pour le design des étiquettes renforce encore le côté créatif de la chose.

Lors de la visite de la brasserie, nous avons été guidé par un charmant monsieur, un voisin, bruxellois retraité, qui s'est passionné pour la fabrication de la bière suite à l'installation de la brasserie à Ethe, et qui nous a tout expliqué en détail avec beaucoup de bonhomie. J'ai oublié de lui demander son nom, toutes mes excuses et encore merci pour la visite.

Nous avons pu ensuite juger du résultat dans le verre. Nous avons apprécié en dégustation:

La Grognarde spécial 10 ans - 5,5°

La Sainte Hélène blonde - 6,5°

La Sainte Hélène ambrée - 8,5°

La D'jean triple - 9°

Ensuite, comme la bière ça creuse, nous avons pris le chemin de Bastogne pour casser la croûte à la taverne Léo (pas le wagon, à côté). Après une bonne soupe, j'ai goûté à la seule trappiste non belge, La Trappe, de la région de Tilburg aux Pays-Bas. Une curiosité pour les amoureux de trappistes, en dehors de toute polémique. Il y avait à la carte de la blonde à 6,5° et de la quadruple, une brune à 10°.

Aujourd'hui, je vais chercher mes pantalons (les retouches seront faites), et nous allons à Durbuy au labyrinthe. Et il y aura bien l'occasion de l'une ou l'autre rencontre, brassicole ou autre...

CEFOR 001

CEFOR 003

CEFOR 004

CEFOR 005

CEFOR 006

CEFOR 007

CEFOR 013

CEFOR 014

CEFOR 010

CEFOR 011

CEFOR 012

CEFOR 024

CEFOR 023

CEFOR 015

CEFOR 019

CEFOR 017

CEFOR 020

CEFOR 021

CEFOR 022

CEFOR 026

CEFOR 027

CEFOR 028

CEFOR 029

CEFOR 025

CEFOR 002

st h

CEFOR 030

CEFOR 033

CEFOR 034

CEFOR 037

09:37 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : biere, brasserie, sainte helene, virton |  Facebook |

12/08/2008

Grande Choufferie

Comme nous étions d'humeur voyageuse ce samedi, nous voilà partis vers le village d'Achouffe par les petites routes (via La Roche) pour découvrir la Grande Choufferie.

Sur place, nous avons pu assister au concours de casiers. But de la manoeuvre: monter sur un maximum de casiers que l'on empile un par un en restant en équilibre sur la pile, assuré par un cordage. Un  assistant envoie les casiers au fur et à mesure. Exercice d'agilité impressionnant.

Le premier prix: son poids en Chouffe.

Bien sûr, c'est malin, car celui qui va y arriver ne sera pas trop gros !

Il va sans dire que je me suis contenté de prendre les photos. Le record est quand même de 22 casiers.

Pour le reste, pas trop de monde vers le milieu de l'après-midi, principalement des néerlandophones, les wallons préférant la taverne en face.

Sortie du Dixieland Street Band, côté animation, et ils s'y entendent.

Nous avons dégusté la Houblon Chouffe, qu'on ne trouve pas dans le commerce.

Mais nous sommes restés raisonnables, histoire de ne pas entendre le lendemain des nains jouer du tamtam dans notre tête...

 

CEFOR 001

 

CEFOR 002

 

 CEFOR 008

 

CEFOR 009
 

 

CEFOR 011
 

 

CEFOR 012
 

 

CEFOR 003
 

 

 CEFOR 013

 

CEFOR 014
 

 

 CEFOR 015

 

CEFOR 016
 

 

 CEFOR 017

 

CEFOR 018

 

 CEFOR 019

 

CEFOR 020
 

 

 CEFOR 021

 

 

22:01 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : biere, nain, ardenne, chouffe, achouffe |  Facebook |

10/08/2008

LOIRE: Dimanche - De Reims à Namur

Chapitre 1: Nulle Part Ailleurs

Le retour en Belgique se fait en douceur. De Reims à Couvin, c'est une route agréable, surtout le dimanche sans les camions.

Couvin recèle une adresse gourmande à ne pas manquer: Nulle Part Ailleurs.

Avec le restaurant gastronomique du même nom, le bistrot terroir L'Absinthe, la boutique Côté Terroir et les chambres 3 épis Au Milieu de Nulle Part, l'offre est complète pour le routard de passage.

La cuisine est à la fois goûteuse et raffinée, mettant en avant les produits du terroir. La recette de l'anguille à l'escavèche a été auréolée d'un coq de cristal à la foire de Libramont.

La carte des vins est très variée et dans des prix raisonnables. L'établissement a créé un apéritif local, le Pansard, dont la recette comprend des noix et de l'écorce d'orange.

Le cadre est soigné, dans l'esprit campagnard, l'accueil sobre et attentif.

Nulle Part Ailleurs, c'est l'histoire de deux frères, Frédéric et Jean-François Corman, l'un en cuisine, l'autre en salle. Les deux font la paire pour vous faire passer un bon moment de table.

Ayant déjà goûté à la carte bistrot précédemment, nous jetons notre dévolu sur la carte gastro:

  • Les croquettes aux crevettes grises préparées maison, bouillon crémeux au Xéres
  • Le foie gras poêlé, pommes aux pruneaux et armagnac, jus d'agrumes au gingembre
  • Le cochon de lait cuit à basse température, croquette de pied de cochon et jus au miel
  • Le filet de canette rôti au poivre de Séchouan, confit d'échalote au vin de Rasteau

Des petits chef-d'oeuvres du genre qui trouveraient leur place sans rougir sur des tables bien plus côtées. Allez-y donc les yeux fermés et l'appétit grand ouvert !

http://www.nulle-part-ailleurs.be/

 

Chapitre 2: Prise de mousse

Non loin de Couvin, à Mariembourg, se trouve la brasserie de la Super des Fagnes. Nous faisons un petit crochet pour une reprise de contact mousseuse avec notre beau pays.

http://www.fagnes.com/v03fr/index.php

Et c'est repus et ravis que nous rejoignons nos pénates.

 

 


CEFOR 500

 

CEFOR 501

 

CEFOR 478
 

 

 CEFOR 487

 

CEFOR 497

 

CEFOR 498
 

 

 CEFOR 502

 

CEFOR 482

 

 CEFOR 486

 

CEFOR 483

 

 CEFOR 493

 

CEFOR 496
 

 

 CEFOR 504

 

CEFOR 505

 

 CEFOR 506

 

CEFOR 542

 

 CEFOR 511

 

CEFOR 522

 

 

11:17 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, couvin, super des fagnes, nulle part ailleurs |  Facebook |

05/08/2008

LOIRE: Mardi - Parcours initiatique dans la région nantaise

Chapitre 1: Le château des Ducs de Bretagne 

Le temps nous est compté, impossible d'écumer la région à la recherche des viticulteurs et en même temps de découvrir les monuments historiques. Nous faisons donc juste le tour du château des Ducs de Bretagne avant de nous mettre en route pour la région de l'AOC Muscadet de Sèvre-&-Maine.

 

Chapitre 2: Trompe-Souris

La recherche d'un viticulteur n'est pas toujours chose aisée. Souvent l'adresse consiste en une commune et un lieu-dit. Pas facile par exemple de trouver Serge Saupin à 44450 La Chapelle-Basse-Mer au lieu-dit Le Norestier. Cherchez pas de nom de rue et encore moins de numéro, y en a pas. Nous arrivons donc à l'endroit ainsi nommé et bien sûr, nous sommes perdus. C'est alors que nous passons devant une enseigne "Brasserie de la Divatte". Aussi incroyable que ça paraisse, il s'agit d'une micro-brasserie en pleine région viticole.

C'est ainsi que nous faisons connaissance avec un jeune gars, Pascal Rouleau, qui s'est mis en tête de faire sa bière, de la vendre et en plus d'exploiter sa taverne le soir. Et dire qu'il y en a qui disent que les jeunes ne veulent plus travailler! 

Nous ne le dérangeons que le temps de demander l'adresse et d'acheter un échantillon de ses produits, et nous le laissons continuer à remplir ses fûts.  

Une recherche internet ultérieure nous en apprend plus sur le produit: 

"Brassées dans la plus pure tradition, les bières Trompe Souris sont issues de malts et de houblons sélectionnés. Non pasteurisées et non filtrées, elles conservent tous leurs arômes. Bières de triple fermentation, les Trompe Souris s'affinent pendant une garde de trois semaines. Elevées sur lies, elles refermentent naturellement en bouteille. Alors leur léger dépôt est un signe de qualité. Il faut donc les servir délicatement.


Légère et désaltérante, la Trompe Souris blonde (5% vol.) dégage un doux parfum houblonné et épicé.
Issue de différents malts, la Trompe Souris rousse (6% vol.) est une bière légèrement caramélisée avec une petite pointe d'amertume, et laisse en fin de bouche une douce saveur.
Stout très légère, le Trompe Souris noire (5% vol.) est une bière de caractère dû à ses malts torréfiés. Son goût rappelle les bières irlandaises. "

 

Sur la Vieille Tour blonde et la Vieille Tour brune, je n'ai pas encore trouvé de commentaire de dégustation, toute info est la bienvenue car je n'ai pas l'intention d'ouvrir les bouteilles tout de suite.

Plus d'info sur: http://www.brasseriedeladivatte.com 

 

Chapitre 3: Le Muscadet de Sèvre-&-Maine de Serge Saupin 

Pour la petite histoire, le Muscadet représente 85% de la production viticole de la région. Le vignoble nantais a été décimé en 1709 par un terrible hiver et reconstruit principalement à partir de plants venus de Bourgogne, le Muscadet, aussi appelé Melon de Bourgogne.  

L'appellation Muscadet s'applique à 4 AOC: Muscadet, Muscadet-Coteaux-de-la-Loire, Muscadet Sèvre-&-Maine, Muscadet-Côte-de-Grandlieu. 

La méthode de production "sur lie" implique que le Muscadet repose au moins tout l'hiver sur ses levures naturelles de fermentation (lie), ce qui lui donne sa fraîcheur et son pétillant, son "perlant". 

Première adresse du jour: Domaine Saupin à La Chapelle-Basse-Mer, en AOC Sèvre-&-Maine. Serge Saupin est pépiniériste et fourni les viticulteurs en plants de vigne. Il produit aussi un Muscadet Sèvre-&-Maine sur lie vif et frais qui fait merveille avec des huîtres (cuvée Prestige). Je sais que son vin a un bon potentiel de garde pour avoir bu ma dernière bouteille de 2002 au réveillon 2008. Il nous accueille dans son caveau et nous devisons sur les difficultés de son métier.  

Nous passons commande de ce frétillant Muscadet. Désireux d'acquérir aussi quelques bouteilles de Gros Plant, nous apprenons avec déception que Serge Saupin a stoppé la production de ce cépage pour se concentrer sur le Muscadet. Mais il nous indique illico l'adresse d'un collègue qui en produit.

 

Chapitre 4: Le Gros Plant de Jousseaume 

Nous suivons donc les indications de Serge Saupin et nous arrivons au domaine de Bois Breton chez Jousseaume à La Chapelle-Basse-Mer également. C'est l'heure de l'apéro, et comme souvent chez les viticulteurs, c'est le moment où les potes apparaissent pour remplir leur bidon à même la cuve pour leur consommation hebdomadaire (ou quotidienne, c'est selon). Chouette ambiance où tout le monde trinque et cause de tout et de rien. 

Et nous faisons l'acquisition de quelques flacons de ce Gros Plant, aussi appelé Folle blanche, une AOVDQS (Appellation d'Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure) bien sympathique pour boire sous les tonnelles, ou plus si affinités (notamment avec les fruits de mer). Cépage ancien du vignoble nantais, son nom lui vient du cep de sa vigne dont le pied est épais et charnu.

 

Chapitre 5: La Divate 

Après un apéro bien arrosé, direction La Levée de la Divatte à Saint-Julien-de-Concelles, à quelques kilomètres de là. Il s'agit d'une "levée", c'est-à-dire une digue, qui longe la Loire sur plusieurs kilomètres. D'un côté la Loire, puis la berge et la digue sur laquelle se déroule une route bordée de l'autre côté de maisons. Parmi ces maisons, quelques restaurants qui proposent des spécialités régionales. Ce serait ici qu'aurait été inventé le beurre blanc par une certaine Clémence Lefeuvre. Ce fameux beurre blanc qui accompagne si bien le sandre et le brochet des tables de Loire. 

Le restaurant La Divate (avec un seul "t", ben oui) est situé au lieu-dit qui répond au nom merveilleux de Boire-courant (Levée de la Divatte numéro 28). La façade ne paie pas de mine, mais l'établissement est référencé dans plusieurs guides, dont le Routard et le Michelin, qui lui décerne un Bib gourmand ainsi que les deux piécettes indiquant un menu à prix raisonnable. La salle est très chaleureuse, en pierres du pays, avec des fenêtres donnant sur la Loire. 

Première bonne surprise pour le gastronome toujours à l'affût de spécialités régionales: un menu nous permet de commander en entrée des cuisses de grenouilles ou de l'anguille poêlée à la persillade, et en plat du sandre rôti à la peau & beurre blanc. Un régal. Nous terminons par le Curé nantais & son caramel poivré (cherchez pas d'allusion salaces, c'est un fromage local), et en dessert le crémet nantais aux fraises du pays & coulis de fruits rouges. 

Deuxième bonne surprise: la carte des vins propose un grand choix de Muscadets et c'est l'occasion de faire des découvertes. Etonnement total: il y a à la carte un Muscadet de 1995 ! 

En apéro et avec l'entrée, nous optons pour un Clos Armand vielle vigne 2005 sur le conseil éclairé de la patronne. 

Avec le sandre au beurre blanc, la cuvée Les Blanches vielles vignes 1999 de Michel Libeau. Extraordinaire ! C'est une véritable révélation. Jamais je n'aurais pensé qu'un Muscadet pouvait avoir une telle ampleur, une telle intensité, un tel côté minéral et cela après tant d'années. 

Nous remercions Sandrine et Bertrand Coulon pour leur accueil chaleureux  et leur cuisine goûteuse, et nous nous enquerrons de l'adresse de ce viticulteur qui parvient à produire un Muscadet aussi puissant et qui défie les années: Michel Libeau, Domaine de la Landelle à Le Loroux Bottereau. 

A titre de curiosité, nous emportons une bouteille de la cuvée L'Astrée de 1995 de ce même viticulteur que nous voulons absolument rencontrer.

 

Chapitre 6: Les vins de François et Michel Libeau 

Comme toujours, il faut un peu chercher avant de trouver. Nous arrivons dans la cour du Domaine de La Landelle et nous sommes accueillis par un jeune gars qui s'avère être François, le fils du propriétaire. Nous nous présentons, avec à la main la bouteille vide de Les Blanches 1999, en disant que nous l'avons dégustée à La Divate et que nous souhaitons en savoir plus. Il nous introduit dans un hangar très bien isolé qui fait office de cellier et de salle de dégustation. 

Directement il sort toute une panoplie de bouteilles et il ne faut pas longtemps pour comprendre que nous avons affaire à un passionné. 

Nous demandons ce qui donne ce caractère particulier à leur vin et d'où vient cette capacité de vieillissement étonnante. 

La réussite d'un tel vin n'est pas le fruit du hasard. D'abord, il y a la vigne: des plants en vieille vigne de 30 à 40 ans. Ensuite il y a le sol, l'orientation et le travail du vigneron. François Libeau nous emmène dans sa Volvo 940 découvrir ses vignes. Il nous montre le sol schisteux, nous explique le travail de labourage, de taille, la récolte qui se fait entièrement à la main, les rendements faibles privilégiant la qualité. Nous sommes aux anges.  

Nous retournons en salle de dégustation. Les différents vins sont dégustés et c'est dans le verre que tout prend son sens. 

Le Melon de Bourgogne n'a jamais aussi bien porté son nom. Ici, on dit qu'il "meursaulte". 

Michel Libeau apparaît à notre table et nous comprenons alors que l'amour du vin se transmet de père en fils. Il nous lit un article sur le Muscadet qu'il garde depuis 1992 dans son portefeuille et que je tiens à retranscrire ici tant il exprime l'émotion que cet homme met dans son vin: 

            "Muscadet. Avant de boire le vin, il faut mâcher le mot. Se le répéter pour se persuader que dans "Muscadet", il y a "guilleret" et "cascade", "amande" et "muscade", un je-ne-sais-quoi de printanier, une vocalise d'avril, un trille de mai. 

Normal, le Muscadet n'est pas le moindre des affluents de la Loire. Il la rejoint à Nantes, avec l'Erdre et la Sèvre, coulant des coteaux ensoleillés de Vertou, d'Aigrefeuille, du Pallet. Le Muscadet, c'est le doigt tiède que le midi passe au flanc de la Bretagne. 

Après avoir rêvé ce vin derrière le verre embué, il faut mirer son or pâle où perlent d'infimes bulles. Puis le humer: et oui, la finesse, la fraîcheur, la vivacité ont leurs parfums. Enfin y porter les lèvres. Laisser jouer sur la langue la palette des saveurs: la pomme verte, l'iode et l'once d'amertume. Joli voyage à l'occident du goût. A condition, bien sûr, de ne pas se tromper de bouteille, de ne pas confondre les vignerons et les pisse-vinaigre qui nuisent tant à la réputation du Muscadet. Même si certains flacons vieillissent étonnamment, délivrant alors des saveurs de vanille et de cannelle, il ne faut pas demander au Muscadet plus qu'il ne peut donner. Mais il faut exiger de lui tout ce que doit prodiguer ce vin fraternel, amical, qui jamais ne se hausse du col."

http://www.muscadet-libeau.com/

 

Chapitre 7: Baron Lefèvre 

On dit que là où le brasseur passe, le boulanger ne passe pas. Il n'en est pas de même pour le vin. La dégustation, ça creuse. Il faut savoir qu'à moins que le vin ne soit vraiment mauvais, il n'est pas dans notre éducation de gourmand de cracher en dégustant. Les quantités d'alcool absorbées sont chaque fois minimes (on ne boit pas, on déguste), mais les doses s'accumulent et il s'agit de très bien se connaître pour ne pas tomber dans l'ivresse. Manger va nous permettre d'empêcher l'alcool de prendre le dessus. 

Il est plus de 20h quand nous arrivons chez Baron Lefèvre, 33 rue de Rieux à Nantes. Le cadre est superbe: ancien entrepôt de maraîcher et commerce de luminaire, tout a été transformé pour aménager un restaurant au décor actuel, au service stylé et décontracté, avec cuisine ouverte, patron aux fourneaux, et une carte attirante et variée. A ne pas manquer lors d'un passage à Nantes. Nous avons trouvé notre bonheur avec une salade variée de légumes croquants et son œuf poché, suivie d'un navarin d'agneau que l'on vous sert à table dans une casserole en fonte comme au bon vieux temps. Goûteux et roboratif, tout ce qu'il nous faut. 

Baron Lefevre, c'est aussi une épicerie de luxe où l'on peut trouver de quoi composer de jolis colis cadeaux. A découvrir sur: 

http://cartesurtables.com/restaurants/restaurant_n-541.ht... 

Retour à l'hôtel pour un repos bien mérité après cette fabuleuse journée au pays du Muscadet. Et à demain pour de nouvelles aventures… 

Douuuuce Fraaaance, lalala lala lalaaa…

CEFOR 058

 

 

CEFOR 059

 

 

 CEFOR 055

 

 

CEFOR 054

 

 

 CEFOR 056

 

 

 CEFOR 057

 

 

CEFOR 060

 

 

 CEFOR 061

 

 

 CEFOR 064

 

CEFOR 065

 

 CEFOR 066

 

 CEFOR 067

 

 CEFOR 068

 

CEFOR 069
 

 

CEFOR 070
 

 

CEFOR 071
 

 

CEFOR 072
 

 

 CEFOR 074

 

 CEFOR 076

 

 CEFOR 078

 

 CEFOR 082

 

CEFOR 081
 

 

 CEFOR 090

 

 CEFOR 088

 

 

 CEFOR 084

 

CEFOR 085
 

 

 trompeSouris

 

 CEFOR 551

 

 CEFOR 557

 

 CEFOR

 

 

 CEFOR 094

 

 CEFOR 095

 

 CEFOR 111

 

 CEFOR 099

 

 CEFOR 096

 

CEFOR 097
 

 

CEFOR 100
 

 

 CEFOR 102

 

CEFOR 106
 

 

CEFOR 109
 

 

CEFOR 110
 

 

 CEFOR 127

 

 CEFOR 115

 

 CEFOR 123

 

 CEFOR 113

 

CEFOR 114
 

 

CEFOR 128
 

 

 CEFOR 148

 

CEFOR 146
 

 

 CEFOR 134

 

CEFOR 135
 

 

CEFOR 139
 

 

 CEFOR 140

 

CEFOR 136
 

 

 CEFOR 131

 

CEFOR 137

 

 CEFOR 143

 

CEFOR 144

 

 

 BARON LEFEVRE

 

 

BL

 

16/07/2008

Bientôt Grande choufferie 2008

p20080613134047

Vendredi 8 août

21h00 : les Chouffettes

Samedi 9 août :

11h00 : Dixieland Streetband
19h00 : Big Bayou Bandits
21h00 : The Jacks
Voodoo Cats

Dimanche 10 août :

11h00 : Dixieland Streetband
15h00 : The Foundy Ruverside Bullet Band


Grand concours d'escalade de casiers le samedi et le dimanche après-midi. Le gagnant remporte son poids en Chouffe!!!

Entrée gratuite.

santé

 

 

22:16 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : biere, brasserie, chouffe |  Facebook |

13/07/2008

Rencontre des brasseries du Luxembourg belges

hotton2008

Aaaaaaaah, un événement typiquement bière.

pinter  glouglou  elephant rose


On se prend pas la tête, un passage au Quartier Latin en terrasse pour un américain féroce et une assiette de charcuterie ardennaise, et puis direction Hotton pour la rencontre des brasseries du Luxembourg belge.

Pour ceux qui ne connaissent pas le Quartier Latin, surfez vite sur le lien : http://www.quartier-latin.be/

C'est un havre de paix et de qualité au centre de la Famenne. A 1/2h de Namur, une terrasse ensoleillée, une brasserie au service impeccable avec de la Chouffe au fût, un hôtel de classe avec centre de bien-être, formule brunch le dimanche. Incontournable pour qui veut passer un moment inoubliable.

Hotton: un pré le long de la rivière au centre du village. Des tentes, ambiance kermesse. Et là, une concentration de brasseries luxembourgeoises. Avec présentation de la Smisje Kuvee Elektrik (brasserie De Regenboog, Brugge).

Et on se retrouve à un comptoir à parler en néerlandais avec un brugeois qui parlait anglais avec un luxembourgeois (grand-ducal). Tandis qu'au micro un animateur harangue le public dans la langue de Vondel. Wallonie, terre d'accueil...

On achète 3 euro son verre et puis c'est 1 euro pour le remplir.

C'est l'occasion de faire des rencontres, notamment Charlotte & James de http://www.bierebel.com/index.php ainsi que Michèle & Alain (Sloeber). Lui s'est inscrit au Cefor en première année le jeudi et connait déjà notre site.

Nous avons goûté pour vous (hips!) les blondes des brasseries suivantes (faut bien cibler):

La Val Dieu blonde et la triple

http://www.val-dieu.com/french/index.htm

La Cuvée Saint-Antoine de la Brasserie du Flo à Blehen

 http://membres.lycos.fr/blehenvillage/brasserie.htm

La Fantôme: http://www.fantome.be/

La Rulles blonde, la Triple et la superbe Estivale, amère et très rafraîchissante !

http://www.larulles.be/

La Caracole (Falmignoul)

http://www.dinant-tourisme.be/gastronomie/caracole.htm

La Forestine (pas de site, brassée à la brasserie Caracole de Falmignoul). Bonjour le look des barbus chapeautés, et vive Bierebel !

't Smisje Kuvée elektrik 979W de la brasserie Regenboog (zeg, da's lekker!). C'est aussi puissant et long en bouche qu'un bon single malt de Islay. 

La Joseph, de la brasserie de Silenrieux (très désaltérant).

 http://users.belgacom.net/brasserie-silenrieux.be/ 

La Grognarde de la brasserie Sainte-Hélène (Virton)

 http://www.sainte-helene.be/

La Lupulus, la nouvelle bière de la brasserie des 3 Fourquets (Gouvy)

http://www.les3fourquets.be/htm_fr/homepage_fr.htm 

La Spelziale & la Bella mère de la brasserie Millevertus (Toernich)

http://www.millevertus.be/

Et bien entendu la Chouffe, qu'on ne présente plus.

http://www.achouffe.be/newfr/produits.php

La cuvée de Bouillon.

 http://www.brasseriedebouillon.be/

Et enfin la blonde de la brasserie Botresse à Sur-les-Bois (Jupille, mais rien à voir avec l'autre brasserie bien connue)

Heureusement que nous étions deux pour partager les verres, sinon ça se serait mal terminé.

CEFOR 007

CEFOR 006

CEFOR 008

CEFOR 002


 

CEFOR 003


 

CEFOR 005

CEFOR 010

CEFOR 011

CEFOR 032

 

CEFOR 014

 

CEFOR 015

 

CEFOR 016

 

CEFOR 017

 

CEFOR 018

 


CEFOR 019

 

CEFOR 021

 

CEFOR 022

 

CEFOR 023

 

CEFOR 024

 

CEFOR 043

 

CEFOR 025

 

CEFOR 026

 

CEFOR 027

 

CEFOR 037

 

CEFOR 028

 

CEFOR 029

 

CEFOR 030

 

CEFOR 033

 

CEFOR 036

 

CEFOR 039

 

CEFOR 040

 

CEFOR 038

 

 

23:27 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : biere, brasserie, hotton |  Facebook |