30/08/2009

La Charrue

C'est arrivé un peu par hasard. Au début du mois d'août, un petit coup de fil d'Olivier, une envie de se faire une bouffe.

Finalement, avec des invités de dernière minute, nous nous retrouvons à huit à prendre l'apéro chez moi en terrasse autour d'une "petite" dégustation apéritive:

Gros Plant 2006 du Domaine de la Landelle pour se mettre en bouche

Touraine blanc 2007 de chez Joguet

Cuvée Opulence de chez Augis (pas d'AOC, assemblage de chenin, sauvignon et chardonnay, une cuvée de vigneron qui s'est fait plaisir)

Cuvée La Cra 2002 de chez Fichet (un Macon Igé boisé qui a fait le bonheur de Patrick)

Un rosé du languedoc cuvée Oenothéra 2006 de Crés Ricards pour faire la transition vers le rouge

Spécialement pour Myriam un Bourgogne rouge Dureuil-Janthial 2006

Et enfin un Côtes du Rhône Village AOC Plan de Dieu du Domaine Pasquiers en 2006.

Nous nous mettons ensuite en route vers Gembloux, où nous avons réservé incognito une table. Alain Damit, qui siégeait en juin dans le jury de nos examens de fin d'année, ne se doute de rien. Cette fois, c'est nous qui allons parler de sa cuisine, hèhè!

Le menu du weekend est à un prix tout à fait honnête, et à lire l'intitulé des plats, on sait qu'on a affaire à un cuisinier qui connait ses classiques.

Sous la houlette de Madame Edith, nous passons commande: Ballottine de saumon fumé, Escalope de foie de canard poêlée ou Croustillant de ris de veau aux girolles pour l'entrée. Aloyau Angus sauce bordelaise, Carré d'agneau ou Filet d'aile de raie pour le plat.

Je prends la carte des vins et je me retrouve comme un gamin dans un magasin de jouets. Je suis ici en pays de connaissances, Alain Damit se fournit chez TG Vins (http://www.tgvins.com/fr/accueil-tg-vins060918.html). Ayant fait mes premiers pas vers le monde du vin à l'époque où Michel Thorrout organisait encore des dégustations à Mazy, c'est avec grand plaisir que je retrouve à la carte les producteurs renommés avec lesquels il travaille. C'est ainsi que nous optons pour:

Un Muscat d’Alsace 2005 Domaine Preiss-Zimmer à l'apéro, suivi d'un Jurançon Sec 2002 « Cuvée Marie » Domaine Hours qui fait merveille avec les entrées. Pour le plat, c'est un Chinon 2006 Propriété Alliet, suivi d'un Madiran Domaine Berthoumieu 2001 Cuvée Batz, que nous goûtons ensuite en millésime 2000.

La tablée est joyeuse, Olivier est en verve (Mélanie en soupire encore), et nous ripaillons de bon coeur.

Au moment du dessert, Alain Damit ne sait toujours pas qu'une délégation du Cefor est à sa table. Nous décidons d'aller le surprendre en cuisine.

Comment vous décrire le bonhomme ? Un "paye comme un building avec beaucoup moins de fenêtres", un gars qui s'est fait tout seul et qui pousse sa passion de la cuisine à venir patiemment manger et commenter lors des examens du Cefor nos bredouillages culinaires, et ce faisant nous apprend encore des choses. On l'adore!

Et c'est en dégustant une Vielle Prune que nous terminons la soirée en sa charmante compagnie.

http://www.restaurantlacharrue.be/

11:27 Écrit par Cueillelejour dans Cefor | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vin, gembloux, la charrue, alain damit, tg vins |  Facebook |

29/08/2009

Les Magnolias

 Le restaurant Les Magnolias à Le Perreux sur Marne, près de Paris est situé à 2 minutes de l'A4 qui vient de Reims vers la capitale, et donc aisément accessible.

Confiant dans un article de la revue Saveurs, nous avons fait connaissance il y a quelques années avec cet établissement reconnu par les guides gastronomiques.

Depuis, c'est toujours un plaisir lorsque nous pouvons nous y rendre lors d'un passage dans la région parisienne

Artiste de la cuisine créative, Jean Chauvel cisèle chaque plat comme une oeuvre picturale contemporaine. Son épouse Nelly veille en salle à un service attentionné et chaleureux.

Nous optons souvent pour le menu dégustation qui permet de papillonner dans la carte. L'impression qu'on en garde, c'est que le chef a l'air de s'amuser autant que le client. C'est un menu surprise pour lequel la seule chose qu'on vous demande, c'est  si vous avez des interdits (alimentaires, bien sûr, qu'allez-vous penser là!).

Pour le vin, pas de souci, faites confiance au sommelier, il sait ce que vous allez manger et dénichera très justement le(s) flacon(s) pouvant assurer votre bonheur tout au long du repas.

Commence alors le ballet des plats. Vous recevez une assiette, vous vous frottez les mains, saisissez vos couverts, mais arrivent alors d'autres petites surprises qui viennent égayer ce que vous avez déjà. Assiettes, pipettes, éprouvettes, chalumeaux, on joue avec les formes, les textures, les goûts, comme avec ce jambon/beurre, mais je n'en dirai pas plus! 

Le repas se termine dans un ballet de desserts, et c'est dans un esprit de fête que nous prenons la direction de Disneyland...

13:59 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, chauvel, cuisine creative, magnolias, le perreux |  Facebook |

Bruges et Philippine

Voici quelques photos d'une escapade d'été en Flandre occidentale, avec une visite à Bruges au Refter, le bistro de Geert Van Ecke (si besoin de préciser, le patron du Karmeliet).

Nous avons été très bien accueilli, le cadre est moderne tandis que la cuisine met à l'honneur les plats d'autrefois avec des produits frais. L'occasion de goûter une cuisine traditionnelle, estampillée Van Ecke, à un  prix d'ami. Après une assiette d'entrées variées branchée sur la mer, je me suis lancé sur de la langue de veau en toute confiance tandis que mes compagnons de table ont continué sur le poisson. Dans la jungle touristique de la Venise du Nord, une adresse où aller les yeux fermés et les papilles grandes ouvertes.

De retour vers notre province namuroise, nous avons pris la route Knokke/Antwerpen en faisant un crochet par Philippine, un village frontalier situé aux Pays-Bas juste au-dessus de Gand, pas loin de Terneuzen. La spécialité du coin, c'est les moules, et une fois sur place, impossible de l'ignorer. Au centre du village trône une gigantesque sculpture du mollusque local, entourée de quelques restaurants où s'en régaler.

Nous avons mangé cette fois-ci au Mosselbank, mais notre préférence va à l'Auberge des Moules, visité précedemment. Si les moules sont aussi fabuleuses chez l'un que chez l'autre, le cadre et l'accueil font pencher la balance en faveur de l'Auberge des Moules. Ce qui est un plus voor degenen die de taal van Vondel niet meester zijn, on y parle bien français.

Si vous croyez avoir déjà mangé des bonnes moules, allez à Philippine, c'est une révélation. Non seulement on y sert des moules bien ouvertes et juteuses, que c'en est un scandale, mais la préparation "op Philippiense wijze (Mosselbank)" ou "naar oud familie recept (Auberge)" change de ce qu'on connait chez nous. Ce qui ne gache rien, pour ceux qui n'aiment pas les moules, le reste de la carte est très alléchant.

http://www.dekarmeliet.be/

http://www.aubergedesmoules.com/

 

11/08/2009

Carbonnades à la kriek Cantillon

Comme on m'a fait remarquer que je n'avais plus rien publié depuis un certain temps (presqu'un mois!), voici une recette de petit plat mijoté bien de chez nous comme je les aime. La préparation termine sa cuisson dans une cocotte en fonte au moment où je vous écris et c'est un parfum délicat qui se répand dans toute la maison, promesse d'un bon moment de table.

Depuis ma visite à la brasserie Cantillon à Anderlecht, j'avais envie de cuisiner ce produit aux intenses qualités organoleptiques mais à l'acidité hors normes. 

Le goût acide n'étant pas au goût du jour dans ce monde abruti par le sucre, probablement pas tout le monde se retrouvera dans cette recette. Dans ce cas, plutôt que d'utiliser une kriek de grande consommation chaptalisée à outrance, forcez sur le miel ou la cassonade. Cette recette est 100% arbitraire et selon mon goût, qui n'est pas sucré.

Pour les infos sur Cantillon, voir le post: http://ceformidable.skynetblogs.be/post/6880730/la-brasse...

Cette recette me semblait bien indiquée au mois d'août, quand il fait encore chaud mais que les jours raccourcissent et que les soirées se font fraîches. La cerise griotte donne une note estivale à ce plat mijoté qui pourtant déjà appelle l'automne.

Ingrédients pour 2 à 3 personnes:

2 bouteilles de Kriek Cantillon 37,5 cl bouchonnées

600 gr de carbonades 1er choix

1 gros oignon

3 càs de gelée de kriek Cantillon

1 càs de miel de romarin (ou de thym)

1 càs de cassonade

1 càs de beurre

Bouquet garni, muscade, clou de girofle

Sel, poivre

Maïzena... ou beurre manié selon votre régime.

Mode opératoire:

Dans une cocotte en fonte, faire revenir dans le beurre l'oignon haché et la viande jusqu'à belle coloration.

Pendant ce temps, chauffer la kriek sans la faire bouillir.

Verser la kriek chaude dans la cocotte une fois la viande bien colorée.

Amener à ébullition. Saler, poivrer, ajouter le bouquet garni, le clou de girofle.

Laisser mijoter à feu doux pendant 3 heures.

A mi-cuisson, ajouter la gelée, le miel, la cassonade, le maïzena.

Laisser mijoter, goûter, rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

De préférence déguster le lendemain réchauffé, avec des pommes de terre natures... et bien sûr une Kriek Cantillon !

22:12 Écrit par Cueillelejour dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, kriek, carbonades, cantillon |  Facebook |