30/05/2009

Le Lion d'Or à Romorantin

En route pour la fête du Domaine Augis (voir post précédent),  nous avons prévu de passer la nuit dans un Relais et Château, le Lion d'Or à Romorantin, la charmante capitale de la Sologne.

La demeure d'époque Renaissance s'articule autour d'une cour intérieure où il fait bon siroter un vin (un Quincy, héhéhé), ou prendre le petit-déjeuner. Les chambres sont cossues et le personnel charmant. C'est un lieu de paix et de sérénité qui permet de s'adonner pleinement au bonheur de la gourmandise.

Car le restaurant dirigé par Didier Clément possède une étoile Michelin, reconnaissance plus que méritée de son talent de cuisinier que nous avons découvert ce soir-là avec beaucoup de bonheur, le temps d'un menu Vagabondage.

Aaaaaaah, ce menu Vagabondage qui porte si bien son nom, où l'on papillonne à chaque plat entre plusieurs assiettes servies simultanément, où s'offrent des mets déclinés en différentes préparations, n'hésitant pas à mêler le cru, le cuit, le froid, le chaud, comme cette Variation d'asperges de Sologne dégustée en entrée.

Et quel équilibre entre les goûts, où les fruits souvent présents respectent leur rôle de condiment, laissant la vedette à l'acteur principal, lui donnant la réplique juste là où il faut pour que l'ensemble se sublime dans l'oeuvre totale du plat.

Et le sommelier est vite devenu un bon camarade, répondant à  notre souhait d'un vin blanc sur l'ensemble du repas, avec d'abord un Montlouis sec Domaine de la grange Tiphaine cuvée Clef de Sol, suivi d'un Saumur blanc Domaine des Roches Neuves cuvée l'Insolite dont le chenin opulent a fait merveille sur la deuxième partie du repas, qui pourtant comprenait de l'agneau. Un verre de Bonnezeau Château de Fesles La Chapelle 1990 a pleinement contribué au plaisir du bouquet final du dessert.

Et c'est dans la cour à la lueur d'une bougie que nous avons grignoté les dernières mignardises, repus et ravis, comblés des bienfaits que recelle cette vénérable maison.

Le lendemain matin, nous rejoignons la cour pour un excellent petit-déjeûner avec des viennoiseries d'une délicatesse extrême.

Et nous partons sans oublier d'emporter le dernier livre de Marie-Christine Clément, La Citrouille est une Lune Naufragée (Albin Michel), dédicacé par l'auteure avec le sourire. Ce livre plein de poésie, dont les légumes sont les héros, a reçu le Grand Prix de Littérature Gourmande et est à croquer sans modération.

Il faudra revenir!

http://hotel-liondor.fr/francais/introduction.htm

18:24 Écrit par Cueillelejour dans Escapades | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : restaurant, hotel, clement, lion d or, romorantin, sologne |  Facebook |

Commentaires

Apéritif décevant Bonjour,

Il y a quelques temps de cela, j'étais très fière d'inviter ma maman pour son anniversaire au Lyon d'or. Je suis née à Romo, j'habite le Vaucluse maintenant depuis longtemps et maman vie toujours à Romo.

Donc le sommelier nous invite à prendre l'apéritif, que nous prenons dans le jardin. On nous installe sur une petite table ronde en marbre et là je remarque les ronds des verres laissés la veille.

Aie, aie, moi qui demande dans un bar de me nettoyer la table lorsque le serveur ne le fait pas en m'apportant un café.

Nous choisissons un champagne rosé. Malheureusement, ce dernier était ouvert la veille au moins, et lorsque les coupes ont été servies, nous remarquions bien le manque de bulles. Hélas, le champagne se réchauffant il était oxydatif.

J'avoue que le service et la qualité de l'apéritif était décevant par rapport à la classe de l'établissement ainsi que le prix de ce service. J'avoue qu'en étant dans le vin, j'aurai dû ouvrir ma bouche, ce que j'ose faire facilement normalement. Je pense que je n'ai pas voulu mettre un accent négatif dès le départ pour le cadeau le ma maman. Toutefois étant une cliente exigeante je voulais dénoncer ce laisser aller dans la qualité du service et la fraîcheur du produit vendu. Nous parlons bien de l'apéritif.

Bien à vous





Écrit par : BENAVIDES | 18/11/2009

Apéritif Dommage pour la fausse note. Dans un pareil cas, je pense que communiquer son insatisfaction est indispensable. Quand on est dans un établissement de ce niveau et qu'on paie une coupe presque le prix d'une bouteille chez le producteur, il ne faut pas chipoter et exiger le remplacement d'un champagne oxydé ou qui ne pétille plus.
J'espère que la suite s'est bien passée ?

Écrit par : David | 18/11/2009

Les commentaires sont fermés.